Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Actualités

 

        logo vegephobie petit

Pétition  pour le droit de ne pas manger d'animaux dans les écoles françaises

 

 

Rechercher

Articles

Archives

Liens

   































lait-vache

 

 

  banderole-fermons-les-abattoirs-prop-03.png

 

 

logo petit FB bis

 

 

PUBLISHER Ambassade des PigeonsCopierCopier

 

 

 

blog-BD-vegetalienne

 

 













 

 

  
 restovege

 

 

 

 respectons-200x50

 

 

 

 

 

 

 

 

 

50234 129239083802303 4945642 n 

L'Oasis Vegan'imaux

 

 

D'autres liens intéressants

Catégories

15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 07:53

Le samedi 8 octobre, 95 militants anti-corrida des associations Crac Europe (France), Droits des Animaux (France) et Animaux en Péril (Belgique) se sont enchaînés dans l’arène de Rodilhan pour dénoncer la torture à mort de six veaux par des enfants lors de la finale de « Graines de toreros ».

L'action a vite dégénéré sous la violence des spectateurs qui s'en sont pris aux militants pacifistes et ont ainsi montré leur vrai visage. Une vingtaine de plaintes ont été déposées et Crac Europe examine les suites judiciaires qui devront être données.

Bravo !!!!

Tous les articles et photos sur le site de CRAC Europe  http://www.anticorrida.com/rodilan-8-octobre-2011/

     

Repost 0
Published by cleda - dans Actualités
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 20:04
Place St Michel, samedi 24 septembre, l'association L214 organisait une mise en scène choc pour questionner la place accordée aux animaux dans notre société. Une quarantaine de militants ont exposé des cadavres d'animaux (lapins, porcelets, poulets, canards, poissons, etc.) collectés dans des élevages et sur un marché à la criée pour les poissons. (Des précautions ont été prises pour prévenir le passage des enfants durant la tenue de l'exposition des cadavres.)

 

02-animaux-morts-en-elevage-24-09-2011.jpg


L'émotion était vive, les visages graves aussi bien du côté des manifestants que des passants. Ces vies exposées, montrant l'immense gachis que nous perpétrons chaque jour, ne laissaient pas indifférent.

L'objectif de cette opération consistait à provoquer une réflexion des passants sur l'élevage, la mise à mort et la pêche des animaux pour l'alimentation. Chaque jour, en France, plus de 3 millions sont tués en abattoir et 2 000 tonnes de poissons sont pêchés pour la consommation sans nécessité alimentaire.
 

Nous sommes plus déterminés que jamais à tout mettre en oeuvre pour que la sensibilité des animaux soit sérieusement prise en compte. Ni esclaves ni biens à notre disposition, les animaux ont droit à la pleine considération.

 

Cette mise en scène était une contribution de L214 à la Semaine mondiale d'actions pour l'abolition de la viande (SMAV) qui se déroule du 23 au 30 septembre 2011.

 

Voici une vidéo, réalisée par Pablo Knudsen :  

 

 

Texte lu pendant l'évènement  :

 

Nous tenons des animaux morts dans nos mains.
nous sommes venus avec eux, pour eux, et pour leurs semblables.
Nous sommes venus témoigner pour eux.
Pour que l’on sache ce qu’est le vrai prix de la viande, du poisson, du lait ou des œufs que nous consommons.
Le prix qu’eux ont payé.

Ils étaient nés pimpants comme des aubes nouvelles,
curieux de toutes les aventures de la vie.
Regardez.
Leur corps montrent encore les merveilles qu’ils étaient.

Ces animaux sont morts dans les élevages, ou font partie des invendables jetés à la fin des criées aux poissons.
Ils représentent les animaux victimes de l’élevage ou de la pêche.

Ceux qui proviennent des élevages n’ont (pour la plupart) pas connu une seule belle journée dans leur courte vie.
Ils ont vécu prisonniers dans des hangars fétides et surpeuplés.

Les poissons capturés par la flotte de pêche ont agonisé des heures durant entre le moment où ils ont été piégés, et celui où ils ont rendu leur dernier souffle.

 

Et qu’advient-ils à leur semblables, aujourd’hui, chaque jour, encore et encore ?

Maintenant, des veaux apeurés roulent dans des camions pour un interminable voyage vers la mort.

Chaque jour, les abattoirs tuent des animaux à la chaîne. Les plus chanceux sont correctement étourdis. Les autres se vident de leur sang en pleine conscience.

Maintenant, des poissons se débattent, piégés dans des filets, harponnés, ou pris dans des hameçons.

Cette semaine, comme chaque semaine, les porcelets nouveaux nés seront émasculés sans anesthésie.

Maintenant, des poules pondeuses rendues folles par la captivité, s’agressent les unes les autres dans leurs cages de batterie. Les plus faibles ne survivront pas.

En ce moment même, des poissons sont éviscérés vivants sur les ponts des bateaux.

 

On ne voit rien de tout cela quand on achète un morceau de viande ou de poisson propret et bien découpé. Ni quand on prend une douzaine d’œufs bien rangés dans leur boîte.

Nous sommes venus avec des animaux pour qu’on réalise que derrière ces produits, il y a la maltraitance et la tuerie de masse commises envers eux.

Un océan de souffrance infligé pour RIEN.
Par habitude, par tradition.
Parce nous avons transformé des êtres doués d’émotions en marchandises.
Parce que les industries qui produisent ces marchandises tiennent à prospérer.

Un gigantesque massacre perpétré POUR RIEN. Nous n’avons pas besoin de prendre la chair, le lait ou les œufs des animaux pour satisfaire nos besoins alimentaires.

 

Nous sommes venus pour les animaux, avec eux, parce nous savons que la plupart des gens sont eux aussi touchés de les voir ainsi.

Nous savons qu’en votre for intérieur vous sentez le drame que représentent ces vies gâchées et volées POUR RIEN.

Ensemble, faisons que cela cesse.
Il est temps d’évoluer vers une société moins violente.
Stoppons l’élevage et la pêche.

Vivons en paix avec les animaux.

 

 

Plus d'information sur le site de L214 

Lettre d'information de L214 : ici

 

Repost 0
Published by cleda - dans Actualités
commenter cet article
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 09:43

Mélange de prose malicieuse – on découvre une douzaine de portraits de militant-e-s plus vrais que nature –, et d’illustrations souvent très drôles, Militer permet de... est une ode au militantisme.

Si des causes variées sont abordées – l’écologie, les droits des handicapés, des homosexuels, des animaux, etc. –, l’important, à chaque fois, n’est jamais là : il réside dans le fait de se responsabiliser, et de devenir, avec joie, un être social, sociable et plus libre que jamais.

Un ouvrage qui donne la pêche, le sourire et l’envie de dépasser l’indignation pour s’engager dans l’action !

 

militer permet de

 

Sandrine Delorme, essayiste (Le cri de la
sand.png carotte, Les points sur les i) et nouvelliste
(N’aie jamais d’enfant, L’Entière Vérité,
À Fleur de Plume).


Insol.png
Insolente Veggie, ( Excellente !! ) bédéiste du célèbre blog éponyme. http://insolente0veggie.over-blog.com/



Toutes deux activistes de la libération animale, elles ont uni leurs goûts de l’ironie et du militantisme, pour notre plus grand plaisir.

 

Les auteures offrent leurs droits à l'association L214

  logo-L214

L214 est une association loi 1901 qui défend plus particulièrement les animaux terrestres et aquatiques destinés à l’alimentation humaine (viande, poisson, oeuf, lait). Son engagement passe par des enquêtes dans les élevages, dans la filière transport et dans les abattoirs, et par la diffusion de vidéos et de matériel militant. Elle organise aussi des actions à destination du public, des politiques ou des supermarchés. L214 souhaite que notre société en arrive à reconnaître que les animaux ne sont pas des biens à notre disposition et ne permette plus qu'ils soient utilisés comme tels.


Vous pouvez vous aussi soutenir L214 en adhérant à l’association ou en réalisant un don sur
www.l214.com

 

4-livres.jpg

Les 4 livres de Sandrine Delorme

Repost 0
Published by cleda - dans Actualités
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 18:38

LogoCoul1

 

Food Not Bombs (D'la bouffe, Pas des bombes) est une organisation horizontale de redistribution gratuite et autonome de nourriture que l'on remarque facilement dans les parcs avec ses chaudrons, ses tables et ses affiches. Le message central de Food Not Bombs est que personne ne devrait manquer de nourriture. Il s'agit également d'une réappropritation de l'espace publique; une zone autonome de la marchandisation de nos vies.
 

Le premier collectif Food Not Bombs se créa à Boston vers 1981 (Cambridge, Massachussetts 1980?) par des militants anti-nucléaires qui avaient eu l'inspiration du nom lors d'une soirée de graphiti en ville. Avec l'accroissement de la pauvreté et de la précarité, la nourriture pour tous et toutes devrait passer avant un programme d'armement. L'organisation compte maintenant des centaines de collectifs auto-organisés et autogérés à travers le monde et sur tous les continents. De nombreux collectifs appliquent l'éthique vegan dans leur préparation de repas. (source).

 

En France, plusieurs groupes existent ou ont existé  à Paris, Dijon, Amiens, Lyon etc. Depuis 2008, le resto trottoir de Besançon est régulièrement actif avec un repas de rue par mois, des débats, des concerts de soutien, etc. Comme nous soutenons les idées développées au sein du Food Not Bombs et en particulier de celui de Besançon, nous avons souhaité reprendre quelques lignes et photos (dont quelques-unes prises par nous-mêmes) de leur blog afin de vous les faire découvrir (ou redécouvrir).

 FLYER RestoTrottoirContact 

IMGABCP0240 

Pourquoi un resto trottoir ?

Nous avons décidé de faire un repas convivial dans la rue pour nous rencontrer et créer des liens. Ce repas est gratuit et végétalien, pour l’entraide, contre la concurrence et la domination. Il est fait à partir de nourriture destinée à être jetée car nous nous opposons à ce système capitaliste qui surproduit et gaspille alors que des gens ont faim.
 
Pourquoi ce repas ?

Nous avons pensé ce repas comme la possibilité, par le partage d’un moment convivial, de se rencontrer, d’échanger, d’apprendre à se connaître et pourquoi pas d’organiser le prochain resto-trottoir ou de monter de futurs projets ensembles. Nous ne sommes pas là pour nous donner bonne conscience ! Notre but est de casser le carcan social et l’isolement individuel dans lesquels nous enferme la société : les excluEs d’un côté, les inséréEs de l’autre, chacunE chez soi, chacunE dans sa galère. Ce repas nous donne à touTEs l’occasion de faire des rencontres qu’il aurait été plus compliqué de faire autrement, de créer concrètement de la solidarité face à des situations quotidiennes difficiles, face à un système capitaliste qui nous opprime... Nous souhaitons également, par ce repas, nous approprier l’espace public qu’est la rue, de plus en plus aseptisé, devenant un lieu de passages où l’on se croise sans se voir. Nous revendiquons la rue comme un lieu où l’on peut vivre, manger et boire, se rencontrer...
 
P9276155

 Pourquoi l’entraide ?
Tant qu’il y aura de l’argent, il n’y en aura jamais assez pour tout le monde. La gratuité est une critique directe du système capitaliste qui fait de la nourriture une source de profit, avant d’en faire une source de nutrition, et entretient les inégalités. Nous voulons la gratuité et non la charité. De plus le système surproduit et gaspille alors que des gens manquent de nourriture. Du coup, les aliments que nous avons cuisinés sont des invendus destinés à être jetés.

 

 


Pourquoi distribuer de la nourriture végétalienne ?
Nous distribuons des repas végétaliens (sans produits d’origine animale) pour :
- les animaux : nous essayons de ne pas cautionner d’autre exploitation telle que celle des animaux car leur intérêt d’êtres sensibles n’est pas de souffrir une vie durant et finir dans un abattoir.
- les humains : les céréales pour nourrir les animaux des pays « riches » sont cultivés dans les pays « pauvres » affamant leurs populations en empêchant les cultures vivrières.
- l’environnement : la production de viande entraîne plus de 75 % de déforestations mondiales pour les pâturages et cultures entraînant l’expropriation des habitantEs, l’usage inconsidéré de pesticides, un énorme gâchis d’eau, et, reste actuellement le débouché principal des OGM.

Nous avons décidé de nous organiser pour faire bouger les choses en nous autogérant et en bannissant les structures hiérarchiques pour ne pas reproduire la domination que nous condamnons. Resto Trottoir constitue un exemple parmi d’autres initiatives avec un intérêt concrêt (distribution de nourriture gratuite) et militant.

 

P9276162

P1110317P1110312
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Resto Trottoir est un “Food Not Bombs” bisontin et il s’inscrit dans le mouvement international des FNB.

 

Quelques affiches annonçant les repas :

 

AFF RT marsCuillere

affiche mai 2011

  

 

  

 

 

 

  

 

AFF RestoTrottoir 090927AFF RT avrilCornichon 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les images pour les agrandir

 

Panneaux explicatifs

"Mais qu'est-ce qu'un Food Not Bombs ?" (à gauche), "Pas des bombes !" (à droite)

Panneau v00 NotBombs blog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les images pour les agrandir

 

 

Contact et rendez-vous :
http://restotrottoir.blogspot.com
RDV pour la réunion d'organisation le 1er mercredi du mois à 19h à la librairie associative L’Autodidacte (qui nous prête son local) 5 rue Marulaz à Besançon. Le resto trottoir a lieu le dernier dimanche de chaque mois. La cuisine se fait la veille, le samedi.
Sur le blog, retrouvez les tracts, les panneaux, les affiches, les recettes de cuisine, les liens pour lire la brochure Food Not Bombs en ligne, la citation du mouvement, etc 

 

Repost 0
Published by cleda - dans Actualités
commenter cet article
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 14:00

 

anti-corrida-patrimoine-immateriel

 

CLEDA relaie ce manifeste à signer et à diffuser à tous vos contacts

 

Lien de la pétition :  http://10245.lapetition.be​/

 

 Attention:

1) Merci de signer en tant que CITOYEN et NON EN TANT QU'ASSOCIATION

2) Merci aux associations de faire circuler à leurs adhérents 

 

Ce manifeste pourra avoir pour sur titre : « Appel des 30 ou 300… de Mimizan »,

en écho au week-end anti-corrida du 26 août à Mimizan  

 

Nous tenterons de le médiatiser, et nous l’enverrons à nos députés.

____________________________________

 

Depuis janvier 2011, la corrida est inscrite au patrimoine culturel de la France. Cette décision, prise en toute discrétion et contre l’avis du peuple français a dès lors soulevé de nombreuses actions citoyennes sur l’ensemble du territoire. Ces actions ne sont pas l’œuvre d’extrémistes-hystériques mais de citoyens qui interrogent rationnellement la loi dans un souci de justice et demandent l’abrogation de la corrida et sa désinscription du patrimoine français.

 

Lettre ouverte à nos responsables politiques, gouvernants et législateurs

 

Nous citoyens français soucieux de justice, et attentifs à ce que ses principes soient inscrits dans le droit, demandons solennellement à nos responsables politiques que le respect des animaux en tant qu’êtres sensibles et conscients soit inscrit dans la loi sans dérogation possible.

Selon le droit en vigueur (article 521-1 du code pénal), il est interdit d’exercer des sévices graves, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, apprivoisé, ou tenu en captivité. Or, l’alinéa 7 stipule que ces dispositions ne sont pas applicables pour les courses de taureaux (corridas) et les combats de coqs lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée.

Si des lois ont été promulguées pour la protection des animaux, c’est pour la bonne raison qu’un historique de pratiques leur causant des souffrances volontaires était établi. Aussi, la loi ne peut logiquement exclure de son observation ceux qui revendiquent ouvertement le droit de se livrer à des sévices graves, des actes de cruauté, et de mise à mort sous prétexte de tradition. Au contraire, la loi devrait avoir le souci de rappeler fermement l’égalité de tous devant ses énoncés fondateurs, et ne pas se trahir en prévoyant des dérogations à ses propres principes. Une vigilance législative particulière serait de mise, lorsque ceux qui tentent de se soustraire à son obéissance en tirent un avantage pervers ou vénal.


         C’est pourquoi, engageant notre responsabilité de citoyens attachés aux valeurs de justice, d’égalité et de démocratie, et usant de notre droit à interroger la loi et ceux qui la font :

 

considérant la contradiction intenable du droit en vigueur concernant les animaux,

. parce que les animaux souffrent tous également des sévices qui leur sont infligés quelle que soit la région,


. parce que la cruauté n’est pas une tradition défendable,


. parce que faire souffrir ou tuer n’est pas de l’ordre de la liberté individuelle,


. parce que les justifications artistiques, culturelles, ou philosophiques concernant les sévices, actes de torture, ou atteinte volontaire à la vie, sont de l’ordre du fantasme subjectif et que par conséquent elles ne peuvent légitimer des lois acceptables par tous,


. parce que notre devoir éducatif envers les plus jeunes est de les guider vers le renoncement à des comportements violents, par l’exemple, et en évitant de les confronter à des situations génératrices de traumatismes,  


et parce que tous les citoyens sont constitutionnellement égaux devant la loi,


nous demandons instamment que l’exception prévue à la protection des animaux sous couvert de tradition locale ininterrompue soit abrogée dans la loi. La conséquence en sera le retrait de la corrida au patrimoine culturel immatériel français. Cette inscription constitue une offense grave à l’idée même de culture, aux valeurs éducatives, elle œuvre sournoisement contre le droit et est une honte pour notre pays.

 

 

Lien sur Facebook :

https://www.facebook.com/event.php?eid=249745955050507&view=wall&notif_t=event_wall


Repost 0
Published by cleda - dans Actualités
commenter cet article
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 21:51

L'équipe de CLEDA a la joie de vous annoncer que les 13 militants et militantes animalistes autrichiens dont nous suivons l'affaire (ici) depuis le début, ont été acquités hier.

 

Nous reprenons la lettre d'information de L214 envoyée à leurs abonné-e-s :

 

autriche-acquittesIl y a trois ans débutait une invraisemblable affaire en Autriche. Dix militants et responsables du mouvement animaliste étaient violemment arrêtés et jetés en prison, dans des conditions que nombre d'observateurs (dont Amnesty International) ont dénoncées comme une violation des droits humains. Sous couvert d'affaire judiciaire, des indices concordants indiquaient qu'il s'agissait en réalité d'une machination destinée à affaiblir le mouvement des droits des animaux.

 

Malgré la chaîne de solidarité internationale qui s'est très vite mise en place, notamment à travers le site Honte à l'Autriche, ce sont au final 13 militants qui se sont retrouvés sur le banc des accusés pour un procès-fleuve de plusieurs mois.

 

Le verdict est tombé ce matin : les 13 ont été acquittés. Les déclarations de la juge accompagnant ce verdict ont été extrêmement claires : la police a menti au tribunal ; la police a procédé à des investigations illégales ; la police a tenté de se couvrir en interdisant l'accès au dossier ; il n'y a pas d'organisation criminelle dans le mouvement pour les droits des animaux.

 

Nous sommes heureux aujourd'hui de partager notre joie avec vous, qui avez été à nos côtés dans les actions de solidarité menées ces dernières années. Si vous souhaitez adresser un message aux militants acquittés et à ceux qui les ont soutenus en Autriche, vous pouvez utiliser la page contact de l'association VGT de préférence en anglais ou allemand.

 

Plus d'informations :

 

Lire l'historique

Lire les comptes-rendus d'audience

 

 1303963805133

 

 1303963805398

 

  Plus de photos de la dernière audience 

 

Repost 0
Published by cleda - dans Actualités
commenter cet article
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 21:16

Qui sont les Végolos ? Des véganes et sympathisants véganes pleins d'humour qui créent ensemble des vidéos pour dénoncer l'horreur et l'inanité de l'exploitation animale et proposer une solution simple - adopter la végane attitude !

 

Leur première vidéo est sortie le 12 avril 2011 : TV-Golo, le journal télévisé du point de vue des animaux. Excellentissime !

 


 

En attendant leur prochaine vidéo, vous pourrez aussi lire trois articles publiés en mars et avril 2011 sur leur blog :

- une petite présentation du groupe : Les Végolos : entrée en scène !

et

- deux interviews : Rencontre avec une végolote : Alexandra  et  Rencontre avec un végolo : Dominique

 

 

Repost 0
Published by cleda - dans Actualités
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 20:35

Nous relayons cet appel à soutien financier pour les magazines VegMag et Regard animal qui risquent de disparaitre si le nombre d'abonnements de s'accroit pas. Merci de les soutenir.

 

 

regardanimalChers lecteurs et amis de la causeanimale, je me dois de vous alerter : les deux médias VegMag et Regard Animal, dépendants l'un de l'autre, pourraient disparaître en cette année 2011... Le premier, qui existe depuis 2006, et dont le nombre d'abonnés n'arrive pas à décoller, et le deuxième, qui n'en n'est qu'à son numéro 3, qui reçoit un bon accueil mais pas le nombre espéré d'abonnements.

 

Je ne suis pas experte en marketing, j'ai sûrement fait des mauvais choix en matière de communication et des erreurs de débutante, ou consacré trop de temps à la qualité du contenu rédactionnel, dans ce secteur en crise où le bouche à oreille ne suffit pas. J'ai voulu suivre une éthique parfaite plutôt que de me tourner vers des annonceurs publicitaires peu scrupuleux ou me tourner vers des prestataires étrangers et non écologiques.

 

Cependant, les factures arrivent beaucoup plus vite que les bulletins d'abonnements et ces prochains mois vont être décisifs. C'est pourquoi je lance cet appel à soutien financier, restant convaincue de l'utilité de ces deux médias pour l'avancement de notre cause. Rêvons un peu, mais si chaque personne qui lisait ce message était abonnée à l'un de ces magazines ou abonnait une personne de son entourage, non seulement VegMag et Regard Animal seraient sauvés mais nous pourrions faire de grandes choses pour diffuser nos idées et la présentations de nos combats auprès du grand public : une large diffusion de Regard Animal en kiosques, des distributions gratuites dans les salons bio, des conférences autour de nos thématiques abordées...

 

Je veux pouvoir remercier les nombreuses associations, refuges et intellectuels de leur travail formidable, en les faisant connaître au public grâce à ces magazines, mais s'ils sont voués à disparaître... VegMag


J'en profite pour remercier tous ceux qui ont apporté leur soutien en diffusant la nouvelle du lancement de Regard Animal : Pro Anima, Animalsace, Alliance Anticorrida, le refuge de l'Arche de Noé, les Artistes Amis des Animaux, AVF, Bio Contact, le CLAM, CRAC Europe, le GRAAL, Elaine Kibaro, L214, LFDA, le refuge de la MARAF, la SPA de Saverne, Réseau Cétacés... et ceux que je m'excuse d'oublier.

 

Merci également à tous les lecteurs qui ont commandé des tracts de présentation des magazines, à tous les bénévoles qui, par la rédaction des articles, par leur aide pour la communication, font vivre ces deux médias, et à tous les abonnés qui, par leur fidélité, font croire en l'utilité de VegMag et Regard Animal.

 

vegmag3Un exemplaire récent de chacun des titres est consultable en ligne, pour mieux découvrir l'esprit des magazines :

- pour VegMag, l'édition septembre-octobre 2010 : http://vegmag.fr/notre-revue/telecharger-un-numero/

- pour Regard Animal, le n°1 : http://regardanimal.fr/decouvrez-le-no1-de-regard-animal.html


Ce message peut être diffusé, merci.

 

Chaleureusement,

 

Julie Lescieux

Directrice de la publication de VegMag et Regard Animal.
jlescieux@regardanimal.fr 

 

Repost 0
Published by cleda - dans Actualités
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 12:25

GAIA dénonce une boucherie sur pigeons vivants

  

Nous relayons le communiqué de presse de GAIA, une association belge pour les droits des animaux :

  

Source : http://www.gaia.be/fra/control.php?&topgroupname=&groupname=cp235

  

En caméra cachée, l'organisation de défense des animaux GAIA a filmé des opérations chirurgicales douloureuses pratiquées pour le compte de la ville de Bruxelles sur des pigeons conscients et mal anesthésiés. L'association rend public le film difficilement soutenable de son enquête, révélé hier par RTL-TVI dans Images à l'appui. Elle demande à la Ville d'abandonner d'urgence cette pratique, et d'installer des pigeonniers contraceptifs pour réguler la population de pigeons dans le respect des oiseaux.  

 

 

  Reportage sur RTL-TVI 

 

Stérilisations à la chaîne sur des oiseaux mal anesthésiés

Pour intervenir contre la reproduction des pigeons urbains, la ville de Bruxelles recourt à une méthode choquante : la stérilisation chirurgicale sur animaux pas ou mal anesthésiés. La vidéo publiée aujourd'hui par GAIA montre des oiseaux opérés à la chaîne, incontestablement conscients et réagissant vivement tandis qu'ils subissent à vif une ablation des testicules ou des ovaires.

Ces opérations sont menées en France (région parisienne) pour le compte de la Ville de Bruxelles, par la SACPA, une société spécialisée dans la capture des animaux considérés nuisibles.

 

 


Vidéo prise en caméra cachée par l'association GAIA 

 

"Inacceptable" pour les scientifiques spécialistes des oiseaux

GAIA a soumis ses images à plusieurs vétérinaires spécialistes des oiseaux. Pour le Professeur Dr An Martel, chef de clinique spécialiste des oiseaux et animaux exotiques à l'Université de Gand, "cette anesthésie inadéquate est inacceptable". Pour cette experte, ces "conditions d'hygiène insuffisantes favorisent la contraction d'infections durant l'opération." Certaines infections engendrent des souffrances chroniques précédant la mort des oiseaux. Également interrogés par GAIA, les responsables de l'Université vétérinaire d'Utrecht (Pays-Bas) et du groupe de travail néerlandais sur les oiseaux et les animaux exotiques (NOIVBD) ont respectivement qualifié d'"inacceptables" et de "maltraitance animale" les pratiques commanditées par la Ville de Bruxelles.

 

Illégitime en Belgique, Bruxelles paie aux pigeons un voyage à l'étranger...
Parce qu'elle engendre des souffrances sévères, la pratique du "chaponnage" des oiseaux est interdite en Belgique depuis 2001[1] . La ville de Bruxelles a passé un contrat avec une société française pour procéder à des opérations illégales en Belgique. Chaque année, 4000 pigeons sont ainsi capturés, transportés jusqu'en région parisienne et opérés avant d'être réexpédiés à Bruxelles, pour un montant annuel de plusieurs dizaines de milliers d'euros.

  

Mutisme des autorités

Malgré les efforts pour rencontrer l'échevinat de la propreté en charge du dossier, et des invitations lancées depuis plus de deux ans à mettre en place d'autres méthodes plus respectueuses du bien-être animal, GAIA a toujours trouvé porte close et aucune discussion n'a pu être entamée avec les autorités communales. En novembre dernier, la Ville a clôturé un appel d'offre visant à poursuivre pour les 5 prochaines années ses opérations de stérilisation des pigeons, et d'autres opérations d'euthanasies de masse [2].

 

GAIA demande la mise en place de pigeonniers contraceptifs

GAIA réclame l'installation de pigeonniers contraceptifs urbains, comme mis en place avec succès dans plusieurs villes des Pays-Bas[3] et dans d'autres pays d'Europe. Pour Ann De Greef, directrice de GAIA, "stabilisée autour d'un pigeonnier, la colonie s'y reproduit et y pond ses oeufs qui n'ont plus qu'à être retirés et substitués par des leurres. Le contrôle des naissances remplace les abattages massifs et les stérilisations, dans le respect des oiseaux... et des amis des oiseaux."

 

[1] Arrêté Royal relatif aux interventions autorisées sur les vertébrés pour l'exploitation utilitaire de l'animal ou pour limiter la reproduction de l'espèce, 17/05/2001 (M.B 04/07/2001)
[2] "Bruxelles: la guerre aux pigeons est déclarée" Sudpresse du 01/11/2010 : http://www.lacapitale.be/regions/bruxelles/2010-11-01/bruxelles-la-guerre-aux-pigeons-est-declaree-820990.shtml
[3] Almere, Rotterdam, Amsterdam, Zutphen...

 

_______________________

 

Depuis ce communiqué diffusé le 18 janvier, la Municipalité de Bruxelles a réagi. Ecoutez les réactions de Christian Ceux.

 

Plus d'information sur les pigeonniers contracteptifs en regardant cette vidéo ou sur ces sites : peur sur la ville, l'Ambassade des pigeons et sur notre page consacrée aux pigeons.

 

La SACPA (Service pour l'Assistance et le Contrôle du Peuplement Animal)  participe régulièrement à la mise à mort des pigeons dans les villes avec des contrats passés avec certaines municipalités françaises qui préfèrent commanditer ces meurtres plutôt que de mettre en place des pigeonniers contraceptifs.  

Repost 0
Published by cleda - dans Actualités
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 16:54

 "Le cri de la carotte" de Sandrine Delorme

 

[…] Je suis devenue végétarienne parce que j’ai compris ce qui se cachait de l'autre côté de mon assiette. Pour le veau, comme pour tout autre animal devenu viande. Je n’avais alors aucune idée des conséquences, ni de la longue évolution qui m’attendait, ni de brusquement devenir, simplement parce que je changeais mon alimentation, une sorte d’objecteur de conscience. […]

 

0110 oLes mouvements pour le végétarisme, pour le véganisme et pour les droits des animaux ne cessent de préoccuper les consciences collectives et s’invitent de plus en plus souvent dans les médias.

 

Sandrine Delorme, à travers un récit de vie, drôle, nourri par de nombreuses réflexions, répond avec brio à une foultitude de questions : qui sont les « VG » ? Pourquoi et comment devient-on végétarien, végétalien, végane, militant de la cause animale ? Quels liens avec le bio, l’écologie, la décroissance ? Pourquoi s’occuper d’animaux plutôt que des humains ? Et quid des végétaux ? Enfin, les animaux ne se mangent-ils pas entre eux ?...

 

Le cri de la carotte propose de s'orienter vers une réflexion commune pour la cause animale; en effet, depuis quand un comportement ancré dans nos habitudes lui confère-t-il une légitimité ?

Aux omnivores, aux apprentis végétariens ou aux activistes des droits des animaux, cet ouvrage suggère de nombreuses pistes et aide chacun d’entre nous à élargir le champ de son humanité.

Préface de Jacques Boutault, maire du 2e arrondissement de Paris, où les cantines scolaires servent depuis janvier 2009 un repas végétarien hebdomadaire.

 

Sandrine Delorme, outre son combat pour les animaux, est orthophoniste dans deux centres médico-psychologiques pour enfants du XVIIème arrondissement parisien. Elle est également l’auteure de deux recueils de nouvelles pour adultes, "N’aie jamais d’enfant" et "L’Entière Vérité", parus en mai 2010.

Plus d'information sur :

- son site d'auteure : http://www.afleurdeplume.com

- son blog d'auteure et de militante : http://afleurdeplume.over-blog.com

 

 

Les éditions Les points sur les i » ont été créées le 22 août 2000 et ont publié, à ce jour, un peu plus de 137 ouvrages, produit trois disques et créé une trentaine d'expositions. La ligne éditoriale des éditions repose sur une démarche engagée qui soutient les ouvrages proposant une réflexion sur des problématiques telles que la paix, l'immigration, le travail, les violences faites aux femmes, le syndicalisme, les sciences sociales et humaines, quelle que soit leur forme, récits, essais, romans, biographies, poésie, théâtre, expositions, DVD...

 

Vous pouvez d'ores et déjà commander le livre auprès des éditions les points sur les i. Vous aurez une réduction de 5 % et une dédicace de l'auteure !

Repost 0
Published by cleda - dans Actualités
commenter cet article